RDC : La Monusco ne pourra sauver le scrutin

RDC : La Monusco ne pourra sauver le scrutin

L’ONU a donné son feu vert pour porter assistance au déploiement du matériel de la Ceni dans la limite de ses moyens.

À la veille du week-end, répondant à une nouvelle demande du pouvoir congolais – qui réclame toujours le départ rapide des casques bleus – les Nations Unies ont donné leur go pour que la Monusco puisse assister, en fonction de ses moyens actuels, la Ceni pour le déploiement du matériel électoral sur l’ensemble des provinces où le besoin se fait sentir.

jusqu’ici, la Monusco avait circonscrit son intervention dans les trois provinces où elle est active : l’Ituri, le Sud-Kivu et le Nord-Kivu. “Il n’y aura pas d’interventions dans les autres provinces”, explique un onusien qui connaît bien la situation au Congo.

Actuellement, il y a deux hélicoptères Puma dédiés au soutien de la Ceni. Ils ont déjà transporté des tonnes de matériel dans les trois provinces mais ils ne peuvent atterrir que dans des endroits sûrs et clairement sécurisés. C’est-à-dire que pour aller vers un lieu en dehors de ces trois provinces, il faut qu’un contingent de la Monusco se rende sur place pour garantir que tout est en ordre pour que l’appareil puisse atterrir en toute sécurité. Sans route, c’est très compliqué. Il faut donc au moins 48 heures pour inspecter un lieu d’atterrissage pour un hélicoptère. La proximité des élections rend donc la tâche impossible.”

Des interventions sont peut-être envisageables dans la province voisine du Maniema, prévient notre interlocuteur, qui souligne une fois encore le manque d’informations sur la cartographie des bureaux de vote et s’interroge sur le sort des 4 hélicoptères Bel UH 1 achetés par l’État congolais et mis à la disposition de la Ceni en 2018 et qui semblent introuvables.

La Libre – Maroc Meteo